Occupation et métallurgie à Vert-Saint-Denis



Ile-de-France - 77 - Vert-Saint-Denis
Zae Jean Monnet

Occupation gallo-romaine et artisanat du fer au haut Moyen-Âge

Fouille préventive

 

 

 

2009


A 2 km au nord de Melun en Seine-et-Marne (77), sur la commune de Vert-Saint-Denis, l’aménagement de la ZAE Jean Monnet a suscité la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. L’opération a été réalisée au printemps 2009, par une équipe de dix personnes, sur une emprise d’environ 6 000 m².
Le diagnostic archéologique mené en amont des travaux avait révélé la présence en cet endroit de deux phases d’occupation distinctes : la première d’époque gallo-romaine, la seconde du Haut Moyen-Âge, associée à des indices caractéristiques d’une activité liée à la production et au travail du fer.
Compte-tenu de ces indices, l’objectif de l’opération était double et les travaux de terrain se sont concentrés sur deux thématiques principales que sont : l’occupation gallo-romaine d’une part et l’activité sidérurgique médiévale d’autre part.

La surface fouillée a livré une occupation continue comprise entre le Ier siècle de notre ère et la fin du Haut Moyen-Âge. Il s’agit d’un habitat rural qui se manifeste par un ensemble de structures caractéristiques, toutes en creux, sur un terrain non stratifié.

Les vestiges de l’établissement gallo-romain se composent d’un grand bâtiment sur solin associé à un empierrement, des vestiges d’une seconde construction très dégradée, de silos, de fosses et d’un grand fossé parcellaire qui traverse la zone de fouille de part en part, constituant la limite septentrionale de l’occupation antique.

Outre ces vestiges, le site a livré bon nombre de structures appartenant à un habitat du Haut Moyen-Âge. L’ensemble comprend une habitation sur poteaux, une cabane en fosse, des foyers domestiques et des fours culinaires, des trous de poteau, des fosses, des silos et un fossé de délimitation coudé. Le mobilier associé à cet habitat (céramique, métallique, os) est en concordance avec celui des sites d’habitats mérovingiens voisins. La céramique notamment, s’inscrit parfaitement dans le contexte mérovingien d’Île-de-France.
L’intérêt majeur du site réside sans doute dans la mise au jour d’un atelier sidérurgique lié à l’habitat du VIIe siècle. Les vestiges artisanaux, très fortement arasés, sont apparus intimement liés aux structures domestiques de l’habitat. Bas fourneaux, foyers de forge, ferriers ne sont pas conservés, mais l’analyse des résidus de métallurgie, prélevés dans les niveaux de rejets encore en place, a révélé la nature des activités réalisées in situ par les métallurgistes. Il est apparu que le petit atelier sidérurgique possédait une chaîne opératoire complexe qui, depuis la réduction de minerai de fer (gœthite), aboutissait à l’élaboration d’objets finis.
D’un point de vue chronologique, la production sidérurgique cesse au cours du VIIe siècle, tandis que l’occupation du site perdure jusqu’à l’époque carolingienne. Les indices archéologiques liés à cette ultime phase d’occupation se font beaucoup plus rares sur l’emprise de la fouille.


Marché public pour le compte de :
Etablissement Public d'Aménagement de la ville nouvelle de Sénart
La Grange la Prévôté
77547 Savigny-le-Temple cedex

 

 

Surface étudiée : 6 000 m²


 

IKER
Archéologie  et Patrimoine

Pelosastrea

64 780 Saint-Martin-d'Arrossa

t. 05 59 37 93 56