Métallurgie du fer à Mignaloux-Beauvoir



Poitou-Charentes - 86 - Mignaloux-Beauvoir
Zac Les Magnals
Ateliers métallurgiques d'époque gauloise

Fouille préventive

 

 

 

2013


A 4 km au sud-est de Poitiers, sur la commune de Mignaloux-Beauvoir, un projet de ZAC a suscité la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. L’opération a été réalisée en 2013, du 7 octobre au 23 novembre, sur une emprise de 10 500 m². Le diagnostic archéologique mené en amont des travaux avait révélé en cet endroit les vestiges d’un bas fourneau, de fossés et de déchets sidérurgiques rattachés au 2nd Âge du Fer (380 à 180 BC).
Compte-tenu de ces éléments, les travaux de terrain se sont concentrés sur la problématique principale de la métallurgie du fer. La surface fouillée (secteur 1 : 2 100 m² ; secteurs 2 et 3 : 8 400 m²) a révélé les vestiges d’une occupation de la Tène finale. Il s’agit de vestiges de trois ateliers sidérurgiques et d’une zone d’habitat attenante à l’un des ateliers, marquée par une vingtaine de trous de poteau.
Le site artisanal comprenait trois unités de production ou ateliers distincts. Trois bas fourneaux et deux foyers d’épuration ont été mis au jour, au sein de deux espaces quadrangulaires enclos (environ 200 m² de surface) et à proximité d’un fossé linéaire. Les bas fourneaux découverts présentent des états de conservation assez différents mais appartiennent tous trois au même type de structure de réduction. Il s’agit d’un four à scorie écoulée, dont le socle était profondément enterré (0,80 à 1,40 m) et la cheminée confectionnée en argile. Les fours présentent un gabarit tout à fait exceptionnel : les cuves offrent des diamètres internes à la base compris entre 1,90 m et 2,20 m et sont conservées sur 0,80 m à 1,40 m de hauteur.
La chaîne opératoire du site a pu être reconstituée et il est établi que les trois ateliers étaient voués à la fabrication d’un métal épuré. Aucun objet en fer n’était élaboré in situ.
Les ferriers n’étant pas conservés, la quantité de fer produite au sein des ateliers n’a pas pu être évaluée. La masse de scorie conservée dans les fossés du site correspond à une production d’environ 1 tonne de métal brut.
D’un point de vue chronologique, les échantillons de charbon de bois datés par radiocarbone et les résultats de l’analyse typologique du mobilier céramique découvert s’accordent pour replacer l’activité sidérurgique entre le début du IIe et la fin du Ier siècle av. J.-C.


Marché public pour le compte de :
Société d'Equipement du Poitou

3, rue du Chanoine Duret

86011 Poitiers cedex


Surface étudiée : 10 500 m²

 

IKER
Archéologie  et Patrimoine

Pelosastrea

64 780 Saint-Martin-d'Arrossa

t. 05 59 37 93 56