Bourg castral et métallurgie à Asson



Aquitaine - 64 - Asson
ZAC de la Bastide
Bourg castral et métallurgie du fer médiévale

Fouille préventive

 

 

 

2008


A une trentaine de kilomètres au sud de Pau, dans le canton de Nay, sur la commune d’Asson, l’aménagement d’une ZAC a suscité la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. L’opération a été réalisée en 2008 (juillet-septembre), sur une emprise de 10 970 m².
Les différentes recherches effectuées en amont des travaux avaient montré la présence en cet endroit d’indices caractéristiques d’une activité liée à la production et au travail du fer, tandis que les vestiges d’un profond fossé ceinturant le bourg médiéval étaient mis au jour.
Le mobilier céramique découvert semblait désigner une occupation du site comprise entre les XIIe et XIVe siècles.
Compte tenu de ces indices, l’objectif de l’opération était double et les travaux de terrain se sont concentrés sur deux thématiques principales que sont : l’occupation du bourg médiéval d’Asson d’une part et la production sidérurgique d’autre part.

Le bourg castral d’Asson
Par une charte datant de 1282 qui assura leur affranchissement, les habitants d’Asson furent tenus d’intégrer le bourg crée par le vicomte Gaston VII avec obligation de bâtir et de peupler les places concédées dans l’enceinte qu’ils devaient fortifier.
Les vestiges de ces fortifications se retrouvent dans l’emprise de la fouille. Reconnus sur une quarantaine de mètres de longueur, ils se présentent sous la forme d’un imposant fossé au profil en U, large de 4,40 m et profond de 2,20 m. Le tronçon mis au jour appartient au quart Sud-Ouest de l’enceinte qui enserrait le bourg.
A l’exception du fossé, aucun autre élément de type talus, palissade ou mur ayant pu appartenir au dispositif de fortification, n’est conservé sur le site.
La fouille du secteur localisé à l’intérieur de l’enceinte, au sud-est du fossé défensif, n’a quant à elle livré aucune trace d’habitat lié à la phase de peuplement du bourg. L’absence d’indice d’une occupation villageoise dans la partie du bourg médiéval concernée par la fouille révèle manifestement que cette zone n’a jamais été lotie.

Un quartier artisanal au Xe siècle
De part et d’autre du fossé médiéval et recoupées par celui-ci, d’imposantes concentrations de déchets métallurgiques ont été mises au jour. Les concentrations correspondent à trois ferriers, ou zones dépotoirs, dessinant trois ateliers métallurgiques distincts. Une seule structure de réduction était conservée, au sein de l’atelier méridional. Il s’agit d’un bas fourneau à scorie écoulée, de petit gabarit (diam. cuve 0,40m) et dont l’état d’arasement ne permet pas de restituer la morphologie.
Un lien étroit étant établi entre la nature des opérations sidérurgiques pratiquées et les types de déchets obtenus, l’analyse des résidus prélevés sur l’ensemble du site a révélé la nature des activités réalisées par les métallurgistes du site de la Bastide. Il est apparu que le site possédait une chaîne opératoire complète, qui depuis la préparation mécanique des minerais de fer aboutissait à l’élaboration d’objets finis.
D’un point de vue chronologique, la datation des trois ateliers métallurgiques désigne une période d’activité sensiblement antérieure à la création et à la fortification du bourg d’Asson, une activité comprise entre la fin du VIIIe siècle et le début du XIe siècle, vraisemblablement dans le courant du Xe siècle. La découverte d’une activité sidérurgique à Asson au cours du Haut Moyen Âge dévoile un pan inédit de l’histoire économique du sud de l’Aquitaine.


Marché public pour le compte de :
Société d'Equipement des Pays de l'Adour
47, rue Norman Prince
64075 Pau cedex

 

 

Surface étudiée : 11 000 m²


 

IKER
Archéologie  et Patrimoine

Pelosastrea

64 780 Saint-Martin-d'Arrossa

t. 05 59 37 93 56