Occupation rurale gallo-romaine à Arancou



Aquitaine - 64 - Arancou
Las Courrèges
Occupation gallo-romaine et artisanat à Arancou

Fouille préventive

 

 

 

2011


A une dizaine de kilomètres au sud-est de Bidache, sur la bordure occidentale du plateau en arrière duquel s’est implanté le bourg d’Arancou, l’extension de la carrière de calcaire exploitée par la société GSM a suscité la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. Cette opération a mobilisé une équipe de six personnes sur une emprise de 3 100 m².
La zone de fouille est située en bordure nord du piémont pyrénéen. Le substrat géologique y est constitué de calcaire à mélobesiées abritant des phénomènes de karstification (dissolution) dont la toute proche grotte de Bourouilla, site majeur de la préhistoire en Pays Basque, est un exemple. La formation carbonatée est surmontée d’épisodes Pliocène (tertiaire) supportant une série alluviale quaternaire comprenant un amalgame de blocs et fragments de roche calcaire disloqués par la corrosion et l’érosion du substratum carbonaté situés en haut des pentes, des éboulis argilo-sableux plus ou moins riches en graviers et fragments de concrétions ferrugineuses, le tout englobé dans une matrice de fraction colloïdale et limoneuse.
Le diagnostic archéologique avait dévoilé l’existence d’une occupation du Haut-Empire laissant apparaitre une activité métallurgique pouvant avoir comme objet l’exploitation et la transformation des concrétions ferrugineuses présentes dans le sous-sol.
La fouille a révélé une occupation du site dès le début du Haut-Empire qui semble perdurer avec moins d’intensité au-delà du IIIe siècle. Les structures mises au jour correspondent à la marge d’un habitat qui se situait peut-être sous le village actuel d’Arancou. Cette occupation est matérialisée par des fosses de rejet, mais ne comporte pas de structure directement liée à l’habitat.
La céramique étudiée (9 000 tessons) présente une forte proportion de céramique commune non tournée (80 % des NMI), principalement représentée par de la céramique de stockage et accessoirement de service et des pots de cuisson. La céramique commune tournée de service et de préparation complète le service avec 13 % des NMI, tandis que les céramiques tournées fines, les parois fines et les sigillées hispaniques et montanaises sont très peu représentées (1 % environ).

Le mobilier découvert désigne un habitat rural d’un niveau social modeste, dans lequel était pratiqué un ensemble de tâches domestiques parmi lesquelles le tissage, ainsi que des activités artisanales, notamment sidérurgiques.
La fouille a en outre permis de préciser la nature des activités métallurgiques. Bien qu’aucune structure artisanale ne soit conservée, la nature des déchets métallurgiques présents atteste d’activités de réduction et de forge. L’analyse des concrétions ferrugineuses présentes sur le site (analyses pétrographiques, minéralogiques et quantitatives thermochimiques) révèle en revanche que ces matériaux n’ont pas pu être réduits. Les teneurs en fer sous forme d’oxy-hydroxydes de fer, goethite et hématite sont trop faibles et ne représentent qu’environ 11 % de la masse. L’atelier métallurgique était donc alimenté par un autre minerai, plus riche.
Le travail du fer comprenait aussi des opérations de post-réduction. Les activités de forge sont attestées sur le site par la présence de déchets caractéristiques, des scories en culots et des battitures. L’examen des divers déchets récoltés révèle déjà une certaine diversité de pratiques et vraisemblablement de produits. La production du site de Las Courrèges, sans doute modeste, semble avoir été variée.
Si l’emprise de l’opération de fouille se situe manifestement en périphérie d’un site d’habitat antique, l’apport de cette étude n’en demeure pas moins important : Las Courrèges constitue à ce jour l’un des rares témoignages d’une occupation rurale gallo-romaine en Pays Basque intérieur.




Marché privé pour le compte de :

GSM Région Sud-Ouest
162, avenue de Haut-Lévêque
33608 Pessac cedex

 

Surface étudiée : 3 100 m²

 

IKER
Archéologie  et Patrimoine

Pelosastrea

64 780 Saint-Martin-d'Arrossa

t. 05 59 37 93 56